Des jeunes licenciés franciliens au Stade de France pour la bonne cause

Publié le 13/09/2018

La Ligue Paris Ile-de-France de Football, représentée par son Président, Jamel Sandjak, a pris part, hier après-midi au Stade de France, en invitant une centaine d’enfant de clubs franciliens, au match caritatif au profit de la Fondation Pierre Deniker qui opposait la formation du Variétés Club de France à l’équipe de France de l’Assemblée Nationale. Brigitte Macron, épouse du Président de la République et Michel Platini ont donné le coup d’envoi de cette rencontre. 

L’autisme touche aujourd’hui en France des centaines de milliers de gamins et bouleverse la vie de parents qui se sentent parfois bien seuls dans ce combat pour que leurs enfants trouvent leur place dans notre société et n’en soient pas exclus comme c’est encore trop souvent le cas. Cela nécessite une volonté, des idées et évidemment de l’argent. C’est donc pour récolter des fonds (55 000 euros) qu’a été organisé, hier après-midi au Stade de France, un match caritatif opposant le Variétés Club de France à l’équipe de France de l’Assemblée Nationale. Un événement qui a rassemblé toutes les bonnes volontés et auquel a participé la Ligue de Paris Ile-de-France de Football, et son Président Jamel Sandjak, en conviant en tribunes une centaine de jeunes licenciés franciliens. « La Ligue n’a pas hésité un seul instant quand Jacques Vendroux m’a sollicité pour participer à l’organisation de cette belle initiative. » souligne le Président de la Ligue. « En participant aux réunions préparatoires  au Stade de France nous souhaitions pleinement prendre notre part dans l’organisation en y impliquant nos jeunes licenciés. Il est pour nous important d’être présents pour aider comme nous le pouvons des causes comme celle-ci. Nos jeunes ont pu aussi être sensibilisés à cette maladie qui touche d’autres enfants. Le football c’est aussi cela ».

Les jeunes licenciés ont également eu la chance de pouvoir voir de près sur le terrain les Champions du Monde Robert Pirès et Christian Karembeu où les Franciliens Benoît Cheyrou, Habib Beye et Frédéric Piquionne. Mais la grande dame de la journée fut incontestablement Brigitte Macron, épouse du Chef de l’Etat, qui a pu se rendre compte de toute sa popularité auprès de ces jeunes. La Première Dame de France qui nous révélait les raisons de sa présence : « J’ai été invité par Jacques Vendroux et tout de suite j’ai accepté. Car c’est exactement ce que l’on veut faire. Que cette société soit enfin totalement inclusive. L’inclusion c’est le fil rouge de tous les thèmes que j’ai choisis parce que lorsque l’on m’écrit c’est toujours ce sujet-là qui revient d’une manière ou d’une autre. Que ce soit sur le handicap, sur l’enfance, on est toujours sur le thème de l’inclusion. Je connaissais le Variétés par Bernadette Chirac qui m’en avait parlé et je voudrai la saluer car c’est elle qui a toujours été là pour le Variétés. Je suis là avec elle aujourd’hui, elle le sait. C’est un moment amical et chaleureux. » Un moment auquel participait également Michel Platini. Touché personnellement par ce thème de l’autisme, le Ballon d’Or nous livrait la teneur de son engagement pour cette cause : « C’est une formidable soirée avec beaucoup de jeunes dans un cadre magnifique pour une cause magnifique et pour laquelle nous donnons tous un peu de notre temps et de son cœur. »

Du temps, du cœur et un peu de ses jambes à l’image de ses champions qui composaient l’équipe du Variétés qui avaient, comme le soulignait Robert Pires, bien conscience de ce qui se jouait hier : « Nous sommes ici pour mettre notre notoriété au service des enfants. Le football véhicule de belles images et de vraies valeurs. Quand on nous demande d’être présents pour cette association c’est important de venir. L’endroit est sublime. C’est important de ne pas oublier les autres, parfois on peut vivre dans un autre monde, dans une bulle. Quand on est dans des matches comme celui de ce soir c’est la vraie réalité. C’est important pour les autres et pour moi aussi. » Un discours relayé également par un autre Champion du Monde 1998, Christian Karembeu : « L’autisme infantile est un fléau que l’on doit combattre en étant d’abord éduqué à savoir ce que c’est. Ce n’est pas facile de comprendre parfois, pour les enfants en bas âge, leur comportement. Il est difficile déjà de comprendre les enfants en général. Avec l’autisme c’est encore plus compliqué pour les parents avec leur environnement. Grâce au Variétés on peut ainsi aider la fondation et surtout aider les parents. On se doit donc de participer à ce type d’événements pour aider les chercheurs à gagner du temps et à trouver des solutions pour ces enfants. On pourra ainsi mieux dormir et mieux vivre. »

Sur le terrain, les anciennes vedettes du ballon rond n’ont pas eu besoin de trop se dépenser pour dominer l’équipe de France de l’Assemblée Nationale. Et malgré ses 66 ans Alain Giresse, qui composait  avec Jean Tigana, Luis Fernandes et Michel Platini, le carré magique de l’équipe de France, pouvait se féliciter de sa prestation et surtout de l’organisation de ce match : « On joint l’utile à l’agréable. Nous sommes là pour accompagner les démarches des personnes qui s’occupent de cette association. C’est un moment que l’on peut donner pour cette bonne cause. » Un partage auquel les jeunes licenciés franciliens ont largement contribué en donnant aussi, à leur niveau, toute leur énergie pour soutenir cette bonne cause.      

Par Cyrille Legendre

Articles les plus lus dans cette catégorie