La Ligue renouvelle son soutien bienveillant aux clubs de National 3

Premier rendez-vous d’une saison historique, marquée notamment par l’inauguration du Campus Domaine de Morfondé, la réunion de rentrée des clubs de National 3 s’est tenue vendredi dernier au siège de la Ligue de Paris Île-de-France de football. Tous les acteurs de cette compétition inédite avaient répondu favorablement à l’invitation du Président Jamel Sandjak pour évoquer cette grande nouveauté imposée aux clubs franciliens par la réforme des Championnats.

Il s’agit du point de départ traditionnel de la saison. Comme chaque année, la Ligue de Paris Île-de-France a accueilli tous les acteurs de l’élite régionale pour une réunion d’échanges et d’informations. Un rendez-vous capital pour les clubs, arbitres et délégués réunis ce vendredi 25 août afin de lancer sur de bons rails ce nouvel exercice inédit marqué par la création du National 3, géré par la Ligue et regroupant quatorze équipes franciliennes en provenance de CFA2 et de Division d’Honneur. « Je n’ai jamais souhaité ce Championnat. Les matches consanguins, à ce niveau-là, ne sont pas bons. Il n’y a plus de place pour la découverte de nouvelles régions et de nouvelles cultures. Et il n’y a plus qu’une montée. Ce n’est pas la récompense attendue après tous vos efforts », a clarifié d’emblée Jamel Sandjak.  

Un bouleversement en Île-de-France auquel les clubs doivent s’adapter au plus vite. Pour ce faire, la Ligue se porte plus que jamais à leurs côtés. « Nous allons tout faire pour vous aider à passer une bonne saison », a annoncé le Président devant une assistance très réceptive. On fera tout ce qui est en notre pouvoir pour que ce Championnat soit intéressant. Nous allons essayer d’avancer. Nous avons des outils déjà mis en place pour la DH et qui fonctionnent plutôt bien. Ce sont des expériences que nous avons connu durant des années et que nous avons voulu, à notre tour, fournir à nos clubs. Une montée au niveau National implique des restrictions et des obligations, c’est-à-dire des contraintes. »

A travers la Commission Régionale de Prévention Médiation Education (C.R.P.M.E), la Ligue continue ainsi d’accompagner l’ensemble des composantes de l’élite francilienne par l’intermédiaire du Dispositif Global de Prévention qui s’étoffe d’année en année. « A la Ligue, nous travaillons avec tout le monde. Nous sommes dans le concret au quotidien. On intervient auprès des municipalités. Il y a de vrais échanges avec les clubs grâce à la C.R.P.M.E, ce n’est pas qu’une seule personne qui fait le football. » Un soutien quotidien nécessaire qui a fait ses preuves depuis sa création il y a cinq ans. Un ensemble de mesures adaptées (port des chasubles sur le banc de touche, port du brassard pour les délégués, désignation d’un référent prévention sécurité pour chaque club et d’un délégué) garantissant la bonne organisation de chaque rencontre de Championnat aux quatre coins de la région parisienne.

« Ce Dispositif Global de Prévention, c’est un ensemble d’éléments qui composent un tout. Si vous retirez certaines mesures, il ne tient plus la route, a ajouté Jamel Sandjak avec l’envie de rappeler l’objectif premier de ces différents outils mis à disposition des clubs. Nous sommes là pour vous accompagner. A aucun moment, le dispositif est contraignant pour les clubs. Souhaiter l’excellence pour son équipe, c’est aussi accepter d’avoir des obligations à respecter. Accueillir son adversaire dans les meilleures conditions, c’est la moindre des choses. C’est un partenaire avant tout car, sans lui, aucun match n’est possible. Préserver l’image de votre club, à travers l’équipe première, est importante. Le moment de la compétition, c’est autre chose…»

Un rappel fort corroboré par les propos d’Alain Providenti, président de la CRPME présent pour évoquer le fonctionnement de cette Commission de proximité : « Cette Commission a un rôle de terrain. Nous ne sommes pas derrière un bureau mais constamment en déplacement pour vous rendre visite. C’est aussi l’occasion de rappeler l’importance du référent prévention sécurité pour accueillir les équipes, les arbitres et le délégué en toute sérénité. Il n’est pas question de sanctionner mais plutôt d’échanger et de dialoguer. On apporte un œil nouveau pour mettre en lumière les risques potentiels. Notre porte est ouverte, la Ligue est votre maison. »

Dans cette configuration, gage de sécurité et de structuration, le délégué tient un rôle prédominant aux côtés des arbitres pour une synergie pérenne tout au long de la saison. « L’expérience des autres est toujours bonne à prendre », a justifié le Président. « La qualité de nos arbitres franciliens est reconnue partout en France. Ils ont des consignes de rigueur intelligente dans la philosophie de la Ligue. Et ce ne sont que des hommes », a martelé Patrick Lhermite, président de la Commission Régionale d’Arbitrage (C.R.A).

« Ce Championnat sera couvert par des délégués chevronnés et aguerris à ce niveau de compétition. Beaucoup de délégués fédéraux sont issus de la Ligue, ce qui montre la qualité de notre formation et de nos instances. Pour assurer le bon déroulement de vos rencontres, le délégué est à la fois un manageur, un conseiller et un fédérateur », a complété Christophe Laquerriere, président de la Commission Régionale de Gestion et de Formation des Délégués.

En conclusion de cette réunion d’informations et d’échanges, la Ligue a davantage joint le geste à la parole en octroyant une dotation très fournie, notamment avec des chasubles, des brassards et une paire de drapeaux de touche, pour aider les clubs dans l’organisation de leurs matches. Un nouveau témoignage du soutien sans faille de la Ligue auprès de ses clubs directement impactés par le National 3. « Soyez ambitieux, soyez notre fierté. »


La Ligue plus que jamais intransigeante avec la sécurité de ses officiels

Un ensemble de nouvelles mesures, présentées ce vendredi par le service des Compétitions de la Ligue, ont été mises en place pour la saison 2017-2018. Comme chaque saison, une attention toute particulière a été focalisée sur les violences envers les officiels totalement prohibées par la Ligue. « Toute agression est impossible. Sinon tout est remis en cause et il n’y a pas de raison de partager ensemble un moment festif autour d’un match. Nous voulons à tout prix protéger la fonction d’arbitre et de délégué qui vous offrent la possibilité de vivre votre passion. Nous serons implacables avec la question de la sécurité », a conclu avec autorité le Président Sandjak.

Par Cyrille Legendre

Articles les plus lus dans cette catégorie