Connectez-vous à votre compte

Actualités

Saison 2016 - 2017

Saison 2016 - 2017
vendredi 28 octobre 2016 - 11:00 - Réunion des clubs nationaux

Pascal Bovis élu titulaire, Jean-Frédéric Pianelli suppléant

Réunion des clubs nationaux

La Ligue organisait, hier soir, la réunion des clubs évoluant dans les championnats nationaux seniors libres. A l'ordre du jour, la refonte des championnats nationaux seniors et bien évidemment l'élection des représentants des clubs amateurs participant aux championnats nationaux libres. Pascal Bovis, Président de Fleury et Jean-Frédéric Pianelli, son homologue de Noisy-le-sec, ont été élus respectivement titulaire et suppléant par leurs pairs réunis.

C'est à la fois une occasion unique d'échanger et un exercice démocratique traditionnel. La réunion annuelle des clubs évoluant dans les championnats nationaux seniors libres s'est tenue, hier soir à la Ligue, en présence de Jamel Sandjak. Le Président de la Ligue qui a rappelé d'emblée l'importance de cette rencontre : "Nous souhaitons à chaque fois profiter de cet événement pour vous donner des informations et pour vous écouter sur les problématiques spécifiques liées à votre position dans les championnats nationaux. Avec en point d'orgue l'élection de vos représentants au sein de la délégation de la Ligue. Je veux rajouter que votre représentant siège aussi au sein de notre Comité Directeur car je crois qu'il est primordial qu'il soit associé aussi aux projets que nous conduisons."

Au terme du scrutin les présidents ont décidé de réélire comme leur représentant titulaire, Pascal Bovis, qui sera cette fois accompagné et soutenu par Jean-Frédéric Pianelli. Un ticket gagnant qui a pleine conscience de l'importance de leur tâche : "Nous allons avoir beaucoup de travail" souligne ainsi le Président de Fleury. "Cette réforme des championnats nationaux va nous impacter de plein fouet. Nous avons lutté contre mais sans succès. C'est une réforme qui est passée à la hussarde, sans consultation préalable. Il s'agit surtout pour nous d'un couvercle que l'on met sur le foot amateur et sur ses rêves. Maintenant nous devons faire avec. La Ligue a à coeur de la prendre en main pour s'ériger en modèle. Mais cela réclamera un travail de cohésion et de concertation."        

Dans cette optique Pascal Bovis pourra compter à ses côtés sur Jean-Frédéric Pianelli. "Il y a désormais un combat collégial à mener" note le Président de Noisy-le-Sec. "Nous ne serons pas trop de deux pour porter la voix et la mobilisation des clubs franciliens sur les grands sujets comme cette réforme des championnats nationaux. C'est une réforme dont on ne connait d'ailleurs pas les modalités réelles mais qui va, à coup sûr, entraîner par effet mécanique l'accélération voulue du resserrement entre le foot amateur et le foot pro. Un étranglement que nous allons ressentir encore plus fort en Ile-de-France. On nous demande, à nous les clubs, d'offrir une promesse à des milliers de gamins pour les porter vers l'effort, l'ouverture et le succès. C'est une responsabilité politique colossale prise par une autorité technocratique que de nous retirer les moyens de le faire. Il s'agit d'une décision qui va dégrader tout ce que l'on est en train de construire. On nous a vendus une réforme dont on ne soupçonne pas l'importance des effets négatifs.

Le Président de la Ligue a ajouté également que "les clubs de la Ligue avaient été les premiers clairement et à l'unanimité à se manifester contre ce resserrement de l'élite. Car sans juger, c'est factuel, c'est ce qui se passe. Nous l'avons vu avec les féminines et la suppression d'une division au niveau national après celle de la D3. C'est la même chose pour le Foot Entreprise appelé à disparaitre sans oublier le nombre de clubs de CFA et CFA2 qui n'a cessé de se réduire. Je ne fais qu'exposer les faits. C'est une vision du football amateur que nous ne partageons pas. On a profité de cette réforme territoriale, qui ne nous concerne pas en Ile-de-France, pour accélérer ce processus. Nous connaissons l'importance de partager un projet sportif et social dans un environnement parfois fragile où les échecs sont présents. C'est primordial de se retrouver autour d'une ambition d'une réussite sportive pour permettre à nos jeunes de se structurer et de se construire. C'est tout ceci qui est aujourd'hui remis en cause. Nos équipes évoluant dans le championnats nationaux sont des locomotives dans leurs départements. Elles tirent les clubs de PH ou de DHR qui rêvent de leur ressembler. Ce sont eux leurs exemples pas le Barça ou l'OM."

Les autres présidents présents ont également exprimé leurs craintes à l'image de Frank Thomas, chef de fil de Sénart-Moissy : "Ce National 3 n'aura de National que le nom puisqu'il ne rassemblera que des formations franciliennes. J'ai peur que nos jeunes talents ne s'exportent pour voir autre chose. Nous allons perdre des jeunes qui veulent réellement jouer un football national." Avec qui plus est comme le soulignait le Président d'Aubervilliers, Farid Maachi, "des risques réels de tensions multipliées avec chaque week-end des derbies. Cette réforme exacerbera les affrontements locaux."

C'est donc dans un esprit positif, combatif et de rassemblement que les clubs franciliens évoluant dans les championnats nationaux se sont quittés. Et pour répondre à cette nécessité de cohésion Pascal Bovis a également évoqué en conclusion l'importance de lutter contre la disparition programmée de l'U2C2F, le syndicat représentatif de ces clubs nationaux. "Il faut le restructurer de l'intérieur et cela ne se fera qu'avec la mobilisation de tous les clubs de CFA et CFA2 français. Nous ne devons pas lâcher. Nous devons avoir cette représentation" Car leurs intérêts sont aujourd'hui menacés de toute part et une prise de conscience est indispensable pour mener les combats futurs.          

Partagez sur :

Supporté par notre partenaire :