Connectez-vous à votre compte

Actualités

Saison 2016 - 2017

Saison 2016 - 2017
lundi 24 avril 2017 - 08:30 - DH (23e journée)

Dominique Gomis (Les Mureaux) : "On ne nous attendait pas là"

DH (23e journée)

La 23e journée du championnat de Division d'Honneur sera marquée, ce samedi, par le duel au sommet qui opposera le leader, Versailles, à son dauphin des Mureaux. Une affiche et un derby que l'entraîneur muriautin, Dominique Gomis, aborde avec sérénité. Reléguée à sept longueurs de la tête du classement sa formation regarde aussi dans le rétroviseur afin de rester sur ce podium qui pourrait être synonyme d'accession. Mais pour conserver la dynamique de sept victoires lors de ses huit dernières rencontres le coach se verrait bien également décrocher sur la pelouse de Versailles un succès qui permettrait de mettre la pression sur son voisin pour cette fin de saison. 

Dominique Gomis, dans quel état d'esprit abordez-vous le choc de ce week-end face au leader, Versailles ? 
"Nous sommes combatifs. C'est un derby que nous allons disputer. Il y a une suprématie en jeu. Et puis il y a des liens spéciaux entre ces deux clubs avec notamment des joueurs qui ont fait la navette entre nos deux équipes. Nous connaissons la valeur de Versailles. C'est l'équipe la plus régulière. Elle n'a concédé qu'une seule défaite dans un championnat très relevé. C'est une grosse équipe, consistante et normalement supérieure à nous. Mais nous aurons nos armes et nous espérons bien les embêter et même nous imposer afin de relancer cette fin de championnat."

Une victoire et l'espoir reviendrait pour la première place ?
"Ce qui est sûr c'est que si Versailles gagne c'est plié. Ils pourront être en roue libre pour la fin de saison. En revanche si nous l'emportons tout peut arriver. Les équipes de tête comme les Gobelins ou le Blanc-Mesnil vont toutes se rencontrer avant le terme de ce championnat. Nous aimerions donc pouvoir mettre un peu de piment. Mais ce qui est certain c'est que nous ne partons pas favoris."

Compte tenu de la réforme des championnats, est-ce que vous regardez finalement plus devant ou derrière ? 
"C'est vrai que cette réforme change tout. Beaucoup d'équipes peuvent encore avoir un coup à jouer. C'est ce qui rend ce championnat tellement excitant. Alors que dans une configuration classique des clubs n'auraient déjà plus rien à craindre ni à espérer. Nous avons tous fait nos calculs. Il y a neuf équipes franciliennes en CFA2. Deux formations de CFA, Viry et Mantes, sont en difficulté. Si nous ne tenons même pas compte des montées éventuelles de franciliens en National 2 cela laisse au moins trois places. Etre deuxième et même troisième c'est pratiquement l'assurance de décrocher son billet. Donc notre ambition est d'au moins maintenir notre rang pour être certain d'être dans le bon wagon."

Après un début de saison quelconque, vous êtes depuis février presque irrésistibles. Comment jugez-vous la trajectoire de votre équipe ?
"Nous avons perdu beaucoup de joueurs à l'inter-saison. De mon côté j'ai été clair également. La saison passée, nous avions réalisé un démarrage canon, tout le monde nous attendait et nous avons coincé en fin d'exercice. Nous apprenons aussi de nos erreurs. Cette fois, nous sommes partis plus tranquillement et nous accélérons. On ne nous a pas vus venir. Personne ne nous attendait là. Nous avons cette fois avancé caché."

En vous appuyant sur des qualités différentes par rapport au saison passée. 
"Il est clair que nous n'avons pas l'artillerie offensive dont nous pouvions bénéficier lors des saisons précédentes. Il a donc fallu s'adapter en construisant notamment une grosse défense ce qui n'était pas notre marque de fabrique. Nous avons réussi, cette année, à nous imposer à plusieurs reprises sur le score de 1-0 ce que nous ne parvenions pas à faire auparavant. Nous nous sommes appuyés sur d'autres qualités et pour l'instant cela a pas mal fonctionné."

Partagez sur :

Supporté par notre partenaire :